Pourquoi le stress nuit à tes résultats!

Mis à jour : mai 7


Je ne pense pas rien vous apprendre si je vous dis que nous vivons à une époque dans laquelle le stress et l’anxiété font partie du quotidien d’à peu près tout le monde. Dans cette société de performance où nous voulons tout le plus rapidement possible et dans laquelle chaque individu se met une pression énorme pour être le meilleur, le repos est souvent perçu comme étant une perte de temps. Dans la réalité des gyms, ce stress et cette anxiété se traduisent par un désir d’obtention de résultats rapides et le ‘’NO PAIN, NO GAIN'' ou ‘’MORE IS ALWAYS BETTER’’ sont des croyances auxquelles les gens adhèrent. Me croyez-vous si je vous disais que ce sont ces sources de stress qui vous empêche d’atteindre vos objectifs. Pire encore me croyez-vous si je vous disais que pour perdre des graisses ou prendre de la masse musculaire, vous auriez avantage à en faire moins et à prendre le temps de relaxer? Dans ce texte je ferai un tour d’horizon sur les impacts physiologiques du stress et le reflet sur votre incapacité à atteindre vos objectifs.


Qu’est-ce-que le stress?


Pour bien pouvoir comprendre la suite du texte, vous devez tout d’abord comprendre l’explication physiologique du stress. Le stress est une réponse endocrinienne face à des stimuli pouvant être physique, psychologique ou environnemental. Lorsque votre corps détecte un stimulus stressant, votre système sympathique s’active ce qui engendre une réponse hormonale et neurale. L’hormone qui est corrélée avec la détection d’un stress est nommée le cortisol. Il va sans dire que le cortisol n’est pas la seule hormone qui provoque la réponse de stress, mais c’est sans l’ombre d’un doute celle qui impacte le plus cette situation. Il faut comprendre que le cortisol est nécessaire dans le quotidien. C’est celle-ci qui nous permet de nous éveiller le matin et c’est aussi celle-ci qui nous permet de réagir rapidement à des situations potentiellement dangereuses. Cette sécrétion d’hormones est recherchée lorsque vous vous entraînez, car elle vous permettra d’avoir plus d’énergie et d’être plus concentré sur la tâche à faire. Le problème n’est pas de sécréter cette hormone, mais plutôt l’étendue de la période de temps qu’elle est sécrétée. En d’autres mots, le stress n’est pas conflictuel, c’est plutôt le prolongement du stress qui devient problématique.


Le gain de poids


La sécrétion de cortisol a un impact direct sur votre gain de poids. Pour bien comprendre cette section, il faut se référer à nos réflexes de survie génétique. En effet, le corps s’est développé de façon à ce que nos ancêtres aient une augmentation de la disponibilité énergétique dans des situations de survies. Par exemple, pour favoriser la fuite ou le combat face à un prédateur, la sécrétion de cortisol permettait temporairement d’augmenter la glycémie sanguine de l’individu ce qui lui permettait d’avoir plus d’énergie disponible rapidement. Si vous me suivez bien, vous comprenez que l’un des rôles les plus importants du cortisol est d’augmenter la glycémie en situation de stress. Bien sûr, si vous tombez face à face avec un lion, la hausse de votre glycémie vous permettra de maximiser votre énergie pour optimiser vos chances de survie. (Les probabilités de survie demeurent quand même faibles, mais vous aurez un peu plus de chance) cependant la réalité actuelle fait en sorte que vos sources de stress soient souvent psychologiques, ce qui a comme effet de minimiser l’utilisation des sucres disponibles suite à l’élévation de votre glycémie.


En d’autres mots, votre corps répond de la même façon au stress que vous vivez au bureau que celui que vous pourriez vivre si vous tombiez face à face avec un lion. L’augmentation des sucres disponibles dans le sang lors de situations stressantes est créé dans le but d’alimenter les muscles en énergie, par contre lors d’un stress psychologique, les muscles n’ont pas nécessairement besoin de plus d’énergie, ce qui crée notre premier problème.


Si le cortisol permet d’augmenter la glycémie, mais que les sucres mis en circulation ne sont pas utilisés, le corps n’aura d’autres choix que de stimuler l’hormone d’insuline (hormone stockage) ce qui favorisera le développement de tissus adipeux. Il faut aussi comprendre que les chances de développer une résistance à l’insuline s’accentuent si votre niveau de stress est élevé au quotidien. En effet, si votre sécrétion de cortisol élève systématiquement votre sécrétion d’insuline parce que vous n’utilisez jamais le glucose disponible, cette surstimulation d’insuline aura comme effet de désensibiliser votre corps à l’insuline. Votre corps aura donc besoin d’envoyer plus d’insuline pour gérer votre glycémie. Plus il y a d’insuline en circulation, plus vous aurez tendance à emmagasiner des graisses, car cette hormone est hyper anabolisante (processus de création du tissu).


Il a aussi été démontré que le cortisol augmente la sécrétion de leptine dans les cellules graisseuses. Pour ceux qui ne connaissent pas la leptine, celle-ci est une hormone qui régule la faim. Plus il y a de leptine de sécrétée, plus vous aurez une sensation de faim. Vous avez même peut-être déjà remarqué que lorsque vous vivez des moments stressants, vous avez systématiquement plus faim, ce phénomène est simplement explicable par une augmentation de la sécrétion de leptine... Il est difficile de réguler votre poids si votre niveau de satiété n’est jamais atteint ou si vous avez toujours faim.


Un autre effet vicieux de la surstimulation du cortisol se répercute sur la diminution de la conversion de l’hormone thyroïdienne T4 vers la T3. Il faut savoir que plus grand est la conversion de la T4 sous forme de T3, plus élevé sera votre métabolisme basal. Le métabolisme basal est important, car il représente le nombre de calories que vous brulez au repos. Bien sûr, comme toutes les hormones, il existe un taux optimal de conversion, car dans une éventualité où la conversion serait trop élevée, vous pourriez développer une condition d’hyperthyroïdie.


Optimisation de la masse maigre


Vous n’êtes pas sans savoir que l’une des hormones les plus importantes lorsque nous voulons avoir des résultats en gym est la testostérone. Si vous réussissez à générer un niveau optimal de cette hormone, l’hypertrophie musculaire ainsi que la perte des tissus adipeux se voient avantagées. Il est donc possible de dire qu’avec un niveau optimal de testostérone, les résultats que vous tentez d’avoir seront plus facilement accessibles.


Il faut comprendre que le cortisol et la testostérone font tous les deux partis d’un regroupement d’hormone qu’on nomme stéroïdiennes. Nous nommons de cette façon tous les hormones qui sont dérivées du cholestérol. Le cholestérol est nécessaire dans le corps humain pour avoir un bon profil hormonal. La conversion de cet élément de base en hormones stéroïdiennes est directement influencée par la demande du corps, donc si vous n’arrivez pas à gérer votre stress au quotidien, votre organisme tentera de créer suffisamment de cortisol pour répondre à la demande. Étant donné que le matériel de base (cholestérol) est limité, il sera impossible pour votre corps de générer un niveau de testostérone optimal pour favoriser l’atteinte de vos objectifs.


Certaines études ont mis de l’avant la répercussion que pourrait avoir le stress chronique sur la sécrétion d’hormone de croissance. En effet, celles-ci ont relevé une diminution d’hormone de croissance lorsque le cortisol est élevé pendant trop longtemps. L’hormone de croissance est l’outil utilisé par le corps pour générer des nouveaux tissus ou pour réparer les anciens. Une diminution trop importante de cette hormone compromet donc votre capacité de récupération et de développement de tissus musculaires. Il faut comprendre ici que si votre récupération ne peut pas être efficace, il est impossible de progresser.


Du point de vue musculaire, une augmentation du cortisol est corrélée avec une inhibition du synthèse de protéines ce qui a comme impact de diminuer l’absorption des acides aminés par les muscles. Comme si ce n’était pas assez, le cortisol a aussi un effet de catabolisme sur les tissus, ce qui a comme influence de diminuer votre quantité de masse musculaire totale. Une bonne gestion du cortisol assure une la protection de vos muscles et augmente le potentiel hypertrophique de la région visée.


En conclusion


La gestion du stress devrait faire partie intégrante de votre entraînement. Si vous voulez des résultats, vous devez maintenir un niveau de cortisol optimal. La sécrétion du cortisol est importante lors de vos entraînements, car il vous permet d’avoir l’énergie nécessaire durant l’ensemble de votre séance. Par contre, lorsque votre séance d'entraînement est terminée, vous devez chercher à abaisser le plus rapidement possible votre niveau de cortisol.


Certains suppléments comme un magnésium biglycinate peuvent être de bons alternatives pour vous aider à contrôler votre cortisol après l'entraînement. Outre les suppléments, une bonne technique de méditation ou de respiration peut être un excellent point de départ pour diminuer l’émergence de cette hormone, et ce, même si vous n’avez pas fait d’entrainement.


Une courbe optimale de cortisol devrait être élevée le matin et diminuer au courant de la journée. N’oubliez pas que cette hormone est nécessaire à la vie. Comme tout dans le corps humain, elle doit simplement être régulée de la bonne façon pour favoriser un bon équilibre métabolique.



  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc

(819) 434-2143

© 2018 par FxV Solution.