L’alimentation cétogène, une alimentation faites pour vous?

Mis à jour : mai 11


L’alimentation cétogène a vu sa popularité augmenter au cours des dernières années. Malgré le fait que ce type d’alimentation existe depuis plusieurs décennies, elle a connu une grande effervescence très récemment. La diète cétogène est une alimentation porté sur la diminution de l’exposition aux glucides. De ce fait, la majorité des calories consommées durant la journée seront retrouvées sous forme de lipides et une faible quantité sous forme de protéines.


Pour comprendre la logique de ce type d’alimentation, il faut comprendre la relation entre la consommation de glucides et la sécrétion de l’insuline. La première des choses à comprendre est que l’insuline est sécrétée pour réguler la quantité de glucose dans le sang. Il va sans dire que chaque fois que l’on consomme un glucide, le corps réagira en sécrétant de l’insuline de façon à emmagasiner l’énergie. Cette énergie sera alors transporter vers l’une des trois réserves principales, soit, les muscles, le foie et les graisses. L’idée générale derrière la diète cétogène est d’éviter de sécréter cette hormone de stockage tout en diminuant progressivement les réserves de glycogène de façon à forcer le corps à utiliser ces réserves de tissus adipeux comme principale source d’énergie.


Il faut comprendre que la transformation de matière adipeuse en énergie est un processus beaucoup plus complexe que l’utilisation du glucose comme tel, car le tissu adipeux doit connaitre plusieurs étapes avant de pouvoir être utilisé comme substrat énergétique. En effet, après plusieurs transformations, le gras pourra être séparé en acides gras libres et en corps cétoniques. Dans un contexte où un individu est en cétose, la source d’énergie primaire du corps humain sera alors les corps cétoniques.


Le facteur le plus important à considérer avant d’entreprendre ce type d’alimentation est votre capacité à gérer votre stress. En effet, même si ce type d’alimentation peut avoir de belles vertus, elle n’est pas adaptée à tous. Il est nécessaire de savoir que le principal régisseur du stress est l’hormone de cortisol. Le cortisol est essentiel chez l’être humain, car c’est cette hormone qui nous permet d’être éveillé et d’avoir de l’énergie de disponible dans les situations d’urgence[1]. Lorsque le cortisol est sécrété, certaines autres hormones comme le glucagon seront aussi sécrétées par l’entremise d’une cascade hormonale. Le rôle de cette hormone est d’utiliser l’énergie emmagasinée dans les différents tissus afin de la mettre en circulation dans le sang de façon à réguler la glycémie (hormone opposée à l’insuline).


Si vous êtes de nature très stressée, la problématique est la suivante, vous sécrétez déjà beaucoup de cortisol et cette cascade hormonale est déjà très bien enclenchée. Dons si vous ajoutez à cela la diminution drastique du glucose alimentaire, votre corps augmentera systématiquement la sécrétion de glucagon ce qui augmentera votre glycémie. Comme mentionné plus haut, une glycémie trop élevée fera en sorte que votre corps augmentera sa sécrétion d’insuline malgré le fait qu’il n’y a eu aucun glucide ingéré, ce qui pourrait limiter votre perte adipeuse.


Le glucide n’est pas votre ennemie et ce, même si vous êtes en perte adipeuse. En effet, un glucide complexe, consommé à un moment clés pourrait être bénéfique pour vous. Il faut comprendre que la consommation de glucides permet d’augmenter la sécrétion d’un neurotransmetteur nommé la sérotonine. Grâce à plusieurs cascades neurologiques et hormonales, la sécrétion de ce neurotransmetteur permet de diminuer la sécrétion de cortisol en plus d’inhiber la sécrétion de glucagon.


Une chose à retenir est que le corps à une capacité de stockage de glycogène musculaire d’environ 400grammes (peut être plus ou moins en fonction de la masse musculaire de l’individu). Ce qui revient à dire que si vous vous exposez à une quantité raisonnable de glucides durant votre journée, que vous choisissez le bon moment d’ingestion, le bon type de glucide à consommer et que vous maintenez un mode de vie actif, vous pourriez voir des effets positifs de cette consommation de glucides sur votre niveau de stress, votre énergie et votre perte adipeuse.


Deuxième chose à considérer avant d’entreprendre une alimentation cétogène est que ce type d’alimentation ne vous permet pas plus de manger n’importe quel type de gras. Malgré ce que certains aimeraient croire, il faut être intelligent dans le choix des graisses consommées si vous voulez éviter d’autres problèmes de santé. Vous devez prioriser les gras à propriété anti-inflammatoire comme l’oméga3 tout en éviter les gras de type oméga 6 qui ont des propriétés inflammatoires. Il est important de comprendre, que nous devrions essayer d’entretenir un ratio d’environ un oméga3 pour trois oméga 6, cependant, dans le monde occidental ce ratio se situe plutôt à un oméga3 pour vingt-cinq oméga6. Dans un monde où l’inflammation est très problématique, il est important de ne pas négliger ce facteur.


Un troisième point à considérer lorsque vous voulez vous lancer dans une alimentation du type cétogène est qu’il est essentiel de diminuer votre appart en protéines si vous voulez réellement tomber en cétose. En effet, certains acides aminés sont glucoformateurs ce qui fait en sorte qu’ils peuvent aisément se transformer en glucose par la néoglucogenèse. En d’autres mots, si votre apport en protéines est trop élevé, il vous sera impossible de tomber en cétose. Dans le même ordre d’idées, il vous faudra aussi commencer à compter votre appart glucidique dans vos végétaux. De mon point de vue, c’est là la plus grande limitation de l’alimentation cétogène, car c’est à l’intérieur des végétaux que nous trouvons le plus de minéraux, vitamines et fibres. Il est vrai que plusieurs végétaux sont majoritairement composés de fibre ce qui limite l’incidence glycémique, cependant il faut connaître ces végétaux et éviter les autres types de végétaux pour s’assurer d’entrer en cétose.


Sachez que malgré les points mentionnés plus haut, l’alimentation cétogène peut engendrer de très beaux bénéfices pour les individus voulant l’intégrer à leur vie. En effet, plusieurs études démontrent son impact positive sur certaines maladies neurodégénératives comme l’Alzheimer, le parkinson et l’épilepsie, en plus d’avoir démontré son efficacité dans le ralentissement de certains cancers et le contrôle du diabète de type 2.



Gardez en tête qu’il faut une alimentation adaptée à chaque individu et que rien n’est noir ni blanc lorsque l’on parle d’alimentation.











[1]Il va sans dire que plusieurs autres hormones sont sécrétées dans ce type de situation. Ils n’ont pas été énumérées afin d’alléger le texte.

52 vues
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc

(819) 434-2143

© 2018 par FxV Solution.